CERRHUD

La Saint-Valentin est l’occasion pour les jeunes de témoigner leur amour à leurs partenaires. De nombreuses organisations saisissent souvent cette opportunité pour sensibiliser les adolescents et les jeunes amoureux aux bonnes pratiques en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs (SDSR). Cependant, des défis subsistent et peuvent être relevés par une meilleure redevabilité des organisations vis-à-vis des adolescents et des jeunes. C’est notamment le cas des aspects négligés de la SDSR chez ces cibles résidant dans les milieux défavorisés.

Une étude menée

À l’occasion de cette célébration de l’amour, le Cerrhud attire l’attention des acteurs intervenant dans l’offre des services de SDSR pour les adolescents et les jeunes (âgés de 15 à 24 ans) sur les leviers d’efficacité dans ces zones. Ces leviers ont été identifiés grâce à une étude réalisée à Cotonou entre juillet et décembre 2021 par le Cerrhud et l‘Institut de Médecine Tropicale (IMT) d’Anvers (Belgique).

« Le premier consiste à garantir aux jeunes et aux adolescents la possibilité de jouir pleinement de leurs droits en matière de SDSR. Ceci passe par le renforcement maximal de la participation de la communauté à la prise de décisions concernant les activités des organisations locales résidant dans les zones urbaines défavorisées. Le deuxième met l’accent sur l’importance de la réactivité dans l’offre des services SDSR, essentielle pour créer la confiance chez les jeunes et les adolescents. Le troisième vise à les aider à surmonter les stigmatisations et les préjugés relatifs à leur sexualité. Enfin, le dernier, tout aussi important, consiste à encourager les jeunes et les adolescents à exprimer leur voix afin de devenir responsables de leur santé et de leur bien-être. La meilleure stratégie sera d’impliquer l’entourage de ces adolescents dans la prestation et l’utilisation des services de SDSR », dévoile Mena K. Agbodjavou, anthropologue de santé publique et chercheur au Cerrhud.

Mena K. Agbodjavou, anthropologue de santé publique et chercheur au Cerrhud.
Photo : CERRHUD

« Est-ce que ça marche ? »

Dans le cadre de cette étude menée dans huit quartiers de Cotonou, les auteurs ont adopté une approche réaliste. « C’est une méthodologie de recherche fondée sur le réalisme scientifique », précise Dr Sara Van Belle de l’IMT. « Elle permet d’évaluer comment le contexte et l’action individuelle et collective interagissent pour façonner les voies causales qui sous-tendent la responsabilité, un domaine trop souvent négligé par la recherche sur la responsabilité », ajoute-t-elle.

Selon M. Agbodjavou, la redevabilité prend en compte la garantie de l’accès aux services, en accordant une attention particulière à la qualité des soins et au respect des bénéficiaires. « Les organisations doivent, entre autres : travailler à prendre en compte les besoins et les attentes des jeunes / adolescents à la base, pour les transférer à des niveaux supérieurs en vue de la prise de décision (réactivité). Elles devront inscrire leurs interventions dans les politiques et plans gouvernementaux (responsabilité) ; réaliser des interventions coplanifiées avec les adolescents (contrôlabilité). Également, dans une logique de redevabilité, elles doivent également rendre compte aux bénéficiaires. C’est une pratique à promouvoir », explique-t-il.

La prise en compte de la redevabilité favorisera une plus grande efficacité dans les interventions.
Photo : Fulbert ADJIMEHOSSOU

Des efforts louables, mais…

Les résultats de l’étude témoignent d’efforts louables au sein de ces communautés à Cotonou. « Il y a un comité local de suivi composé du responsable du Centre de promotion sociale (CPS) de l’arrondissement, du médecin coordonnateur de la zone sanitaire, d’un membre de l’association des parents d’élèves (APE), du délégué des élèves, d’un représentant des leaders religieux et d’un représentant de la mairie. En plus de faciliter les interventions dans les quartiers défavorisés, le comité est mandaté pour s’assurer de la qualité des services fournis à l’endroit des jeunes et des adolescents des zones défavorisées. Ce qui permet de porter un regard sur les aspects négligés de la SDSR dans ces zones », fait savoir Mena Agbodjavou.

Cependant, le tabou autour du sexe et de l’identité sexuelle des adolescents semble ne pas faciliter le travail au comité. Des mécanismes ont été identifiés à la suite de l’étude pour favoriser une bonne redevabilité autour de l’offre des services de SDSR.

Note aux rédacteurs

Cette étude a été financée par le Fonds Flamand de recherche et l’Institut de médecine tropicale de Belgique.  Pour des entretiens avec les auteurs, veuillez contacter le Cerrhud à Cotonou : fadjimehossou@cerrhud.org, + 229 67 64 38 20 

Partager