CERRHUD

Dans le cadre de la mise en place d’un programme de formation en ligne  »e-learning », les acteurs du CERRHUD ont organisé du 09 au 10 février 2023 à Grand-Popo, un atelier qui a permis de renforcer les capacités des formateurs et de cocréer un parcours de formation.

Sous la facilitation de Monsieur Christian Agossou, l’atelier a été un moment d’échange et de partage.

1ère étape

Au cours de la première étape de la formation, le formateur a présenté l’origine des méthodes d’apprentissage passant par le conditionnement classique (utilisation de la chicotte) et l’expression de chien de pavlov. Il s’agit d’un conditionnement opérant avec l’effets des renforçateurs positifs/négatifs donnant naissance à la théorie behaviorisme. Elle stipule qu’apprendre, c’est être conditionné ; enseigner c’est donc conditionner : ce fut la pédagogie par objectif.

Connaissant le behaviorisme, les pédagogues ont développé des techniques et ont demandé aux enseignants de découper les modules de cours (chapitre, sous-titre etc.…) et les enseignants avaient le droit de faire des interrogations (surprises). Mais cela n’a pas fait long feu ; cette limite a été montré par un Corbeau (expérience du corbeau) et a remis en question le behavioriste qui a été jeté.

Dans la même période, le cognitivisme est né. Selon Piaget, l’apprentissage n’est pas un conditionnement mais une construction qui provient de notre expérience. Ce dernier a développé le constructivisme.

Dans la suite, Lev Vygotsky a trouvé que la construction ne vient pas seulement de nos expériences personnelles ; mais également de celles des interactions avec notre environnement d’où le socioconstructivisme.

Pour Vygotsky le help est très important et ce que l’enseignant va présenter doit être dans “WHAT I CAN DO WITH HELP”

La théorie de développer la connaissance à partir de problème développé par un médecin qui décide de pas faire de distinction entre les cas cliniques et la théorie. Ainsi, il se basaient sur les cas cliniques. Mais d’autres ont trouvé qu’ils pouvaient mieux faire d’où l’approche par compétence. Il faut définir les compétences que nous voulons donner aux apprenants dès le début de l’enseignement. Pour formuler les compétences, il faut dire être capable de formuler les verbes d’action :  »Être capable de … dans … ».

Ensuite, ajouter le contexte dans lequel se type de compétence sera utilisé, permettant de créer la situation de départ qui peut être de l’imaginaire ou vraisemblables. Cela peut être un texte ou vidéos (des logiciels existe pour concevoir ces vidéos). Les consignes sont formées pour amener les participants à identifier la problématique et à exprimer leur connaissance antérieure. L’objectifs est de recueillir les besoins grâces aux problèmes pour constituer des questions de recherche.

2ème étape

Les compétences ont été établi sur la base de la taxonomie de bloom.

Mentimeter a été utilisé pour un brainstorming sur la base de la question suivante : “Quelles sont les compétences essentielles que doit avoir un leader dans une zone sanitaire pour promouvoir de manière efficace les défis pour le bien-être de la mère et de l’enfant” ici

Puis des compétences ont été élaboré ici . Chaque compétence a été déclinée en capacité puis en objectifs ici

Au cours de la deuxième journée de l’atelier, un travail en plénière a été fait pour finaliser les capacités, habiletés d’évaluation de la première compétence : être capable de produire, rechercher, analyser et utiliser la connaissance pour la résolution des problèmes de la mère et de l’enfant dans sa localité.

Après cette discussion en plénière un tour de table a été fait pour recueillir les avis de chaque participant sur la question. Quelques apports ont été faits notamment sur la réorganisation des compétences et sur la classification des compétences notamment celle portant sur le leadership transformationnel.

Les point d’étape à venir ont été définis à la fin de l’atelier.